Saison 2008-2009


 

Transatlantiques - Geoffroy Drouin, saison 1
Festival Internacional de Música Contemporánea Ensems

Valencia, Espagne - 20h Théàtre Talia

  • J. Fineberg : Objets trouvés, pour flûte, clarinette, percussion, piano, violon et violoncelle
  • G. Drouin : Ritenuto, pour flûte, clarinette, trombone, percussion, piano, 2 violons et violoncelle
  • H. Luaces : Cortocircuito, pour flûte, clarinette, saxophone, percussion, piano, violon et violoncelle
  • E. Carter : Triple Duo, pour flûte, clarinette, percussion, piano, violon et violoncelle

    Direction : Jean Deroyer

    Informations pratiques : IVM


  •     Elliott Carter


    Au programme, deux compositeurs européens, le français Geoffroy Drouin – que Court-circuit met à l'honneur durant deux saisons – et l'espagnol Hermes Luaces, et deux compositeurs américains, Joshua Fineberg et Elliot Carter. D'un côté Fineberg et Luaces, tous les deux marqués par le travail sur la perception initié par le mouvement spectral, de l'autre Geoffroy Drouin et le géant Elliot Carter, compositeurs de l'écriture polyphonique et de la complexité. Travail microphonique et observation à la loupe des phénomènes sonores pour les uns, écriture contrapuntique, densité des lignes et profusion sonore pour les autres.

    Dans ses Objets trouvés, Joshua Fineberg, faisant référence au domaine de la perception visuelle, s'inspire de ces moments que nous connaissons tous, où, observant un objet familier, nous le voyons soudainement devenir autre, étrange ou même curieusement beau.

    Pour Hermes Luaces, c'est le bouclage tel que nous le rencontrons dans l'électronique et les rythmes empruntés à la musique de danse rock, hip hop ou techno qui sont une source d'inspiration dans Cortocircuito, titre qui renvoie à ses commanditaires.

    Quant à Geoffroy Drouin, c'est la recherche de l'épure qui l'aura guidé dans la composition de Ritenuto sans que son écriture vive, dense et apparemment spontanée ne semble être sacrifiée. Musique saillante, vigoureuse et toujours portée, selon les propres mots du compositeur, "par une soif de sonore".

    Enfin, dans Triple Duo d'Elliot Carter, c'est l'organisation rythmique qui prévaut et le discours s'organise entre les trois couches instrumentales que constituent les trois duos différents. Selon Philippe Albéra, "il se crée deux sortes de « conversations » : l'une à l'intérieur du couple, l'autre entre les couples instrumentaux… C'est un flux sonore qui transforme perpétuellement les éléments, une musique de la transition, du mouvement, impétueuse et ondoyante".


    2007-2011 - Gilles Pouessel