Saison 2009-2010


 

Sublimons les frontières

Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, Auditorium Marcel Landowski
1 octobre 2009, 20h

  • A. Gryka : Ambeoidal MTOCs, pour violon, clarinette, percussion, piano, électronique et vidéo
  • Y. Maresz : Metallics, pour trompette et électronique
  • S. Y. Wang : Discriminating dimensions III**, pour flûte, trombone, tuba, violon, percussion, électronique et vidéo (création mondiale)
  • G. Drouin : Crispy grain, pour trompette et électronique
  • R. Reynolds : Traces*, pour flûte, violoncelle, piano et électronique

    Musiciens de l'ensemble Court-Circuit
    Laurent Bômont, trompette
    Images de synthèse : Chen-Wei Hsieh**
    Informatique musicale: Franck Rossi - Asbjorn Flo* (Notam)

    Le concert sera suivi d'un cocktail


  •   © Laurent Despoisse

    Pour ce concert réalisé à l’initiative du centre culturel de Taïwan à Paris dans le cadre de la 8ième édition de la "Semaine des Cultures Etrangères à Paris" organisée par le FICEP, c'est la disparité géographique qui aura suscité le choix des pièces, le point commun étant la présence de l’électronique.

    Dans Crispy Grain, Geoffroy Drouin qui est à l’honneur depuis la saison dernière, se fonde sur un geste instrumental soumis à de nombreuses variations de timbre grâce à l’utilisation des sourdines.. Ce geste, associé à un flux rythmique continu, apparaît dans les registres graves et inusités de la trompette qui se trouve ainsi détournée de son emploi traditionnel et prend une nouvelle identité. Par granulation, l’électronique reconstitue la complexité du geste instrumental initial, tout en renforçant sa caractéristique rythmique, mettant en valeur son aspect pulsé. Comme toujours chez Geoffroy Drouin, on retrouve le désir de faire cohabiter complexité du discours et bonheur de l’écoute.

    Dans le désormais classique Metallics, Yann Maresz, fasciné par les possibilités expressives qu'offre l'utilisation des sourdines, analyse leurs caractéristiques propres pour récréer ainsi, par le truchement de l’électronique, la transformation qu'elles opèrent sur la trompette. Ces résultats d'analyses lui ont suggéré par ailleurs un parcours musical (harmonicité-inharmonicité) segmenté en mouvements distincts (trompette ordinaire, sourdine de la moins bruitée vers la plus bruitée, parenthèses de trompette ordinaire). Mais au-delà des caractéristiques techniques de l’œuvre, l’auditeur sentira combien la pratique du jazz et le travail motivique hérité de Berio et de Boulez auront marqué le compositeur dans cette œuvre poétique et forte.

    Influencée par les  recherches et les développements  scientifiques, Sue Ya Wang explore dans Disciminating dimensions III, les notions de dérivation, fission, duplication et différenciation en partant d’un simple élément musical. Pour ce qui est de la video de son compatriote Chen-Wei Hsieh, ce sont de rythmiques images du corps qui sont traitées par ordinateur au même titre que le son. Le temps musical est ici largement influencé par les racines culturelles de la compositrice de Taïwan.

    Née en Pologne, Aleksandra Gryka fait partie de cette génération de compositeurs qui travaillent plus avec le son qu’avec la note. Sans s’inscrire dans une esthétique de la saturation ou de la pure musique concrète instrumentale, on peut entendre très rapidement que sa musique participe d’un mouvement de pensée qui a fait voler en éclats les barrières entre instrument et électronique.

    Œuvre écrite en 1968 et remise à jour en 2007 par Integra pour la partie électronique, Traces, du compositeur américain Roger Reynolds, ne laisse rien paraître de ses 40 ans d’âge.
    Conçue comme un concerto de chambre pour piano et deux instruments, cette pièce, qui  laisse une petite part à l’improvisation, est nourrie de la métaphore des traces laissées dans l’esprit par les pensées ou les actions  : matières sur bande ou traitements électroacoustiques en temps réel du son instrumental vivant générant des répétitions/échos, des « résidus » rudimentaires ou des vagues  hypnotiques dans lesquelles on peut se perdre.


    Informations pratiques :
    Auditorium Marcel Landowski, CRR de Paris, 14 rue de Madrid, 75008 Paris
    Entrée libre, réservations par mail à production@court-circuit.fr
    Renseignements : Ensemble Court-circuit - 01 43 26 88 19


    Coproduction Centre culturel de Taïwan à Paris – Ministère de Taïwan - Ensemble Court-circuit
    Avec le soutien du CRR de Paris, de Renew Music Project, d'Integra et de l'Ircam

    Ce concert est présenté en collaboration avec Integra, un projet européen financé par le programme culture 2000 (proposé par la direction générale de l'éducation et de la culture de la commission européenne) et visant à créer un environnement européen propice à la composition et au partage de musiques avec électronique

    2007-2011 - Gilles Pouessel