City Life

City Life

Conservatoire de Rueil-Malmaison
20h00 

Steve Reich, Clapping music, pour deux musiciens
Steve Reich, New York Counterpoint, pour clarinette et bande
Steve Reich, Nagoya marimbas, pour deux marimbas
Steve Reich, City life, pour ensemble

Clarinette : Pierre Dutrieu
Musiciens de Court-circuit et étudiants du Conservatoire de Rueil-Malmaison
Direction : Fabrice Brunaud

Steve Reich, City Life (1995)
 
Check it out
Pile driver/alarms
It’s been a honeymoon – can’t take no mo’
Heartbeats/boats and buoys
Heavy smoke
 
« L’idée selon laquelle tout son peut être utilisé dans une pièce de musique est restée dans l’air pendant la majeure partie du XXème siècle. Que ce soit l’utilisation des klaxons de taxi par Gershwin, des sirènes par Varèse, de l’hélice d’avion par Antheil, de la radio par Cage, des bruits divers dans le Rock and Roll à partir des années 1970 et plus récemment dans le rap, le désir d’inclure des sons de tous les jours dans la musique s’est accru. Dans City Life, non seulement des échantillons de discours, mais aussi des klaxons de voiture, des portes, des freins à air, des carillons de métro, des pieux, des alarmes de voiture, des battements de coeur, des klaxons de bateau, des bouées, des sirènes d’incendie et de police font partie intégrante de la pièce.
Ces différents sons non musicaux – dont beaucoup ont été enregistrés par moi-même à New York – suggèrent également certaines réponses instrumentales. Ainsi, les instruments à vent pour les klaxons de voiture, la grosse caisse pour les portières claquées, la cymbale pour les freins, les clarinettes pour les cornes de bateau et divers doublements instrumentaux pour les mélodies vocales. Comme plusieurs de mes pièces antérieures, il s’agit d’une forme en arche A-B-C-B-A. Le premier et le dernier mouvements utilisent des échantillons de voix comme partie intégrante du tissu musical et semblent être les mouvements ‘rapides’. Les deuxième et quatrième mouvements utilisent chacun un échantillon rythmique qui détermine le tempo. Dans le second, il s’agit d’une machine à pieux, dans le quatrième, une pulsation cardiaque. Les deux commencent lentement et la vitesse s’accroit. Dans le second cas, cela s’explique uniquement par le fait que la machine à pieux passe des noires au croches, puis aux triolets. Dans le quatrième mouvement, les battements de cœur s’accélèrent progressivement dans chacune des quatre sections du mouvement. Le troisième et le mouvement central commence avec uniquement des échantillons de voix joués par les deux claviers. Lorsque ce duo est entièrement construit, les cordes, les vents et les percussions entrent pour doubler les hauteurs et les rythmes des échantillons de voix. Ce mouvement central pourrait bien rappeler aux auditeurs mes premiers enregistrements sur bandes, It’s’s Gonna Rain (1965) et Come Out (1966). »
Steve Reich

Informations pratiques :

Auditorium, Conservatoire, 182 avenue Paul Doumer, 92500, Rueil-Malmaison
Tarif: entrée libre dans la limite des places disponibles (pas de réservation possible)
Renseignements : Conservatoire de Rueil-Malmaison – 01 71 06 11 00

 

Co-production Conservatoire à Rayonnement Régional de Rueil-Malmaison / Ensemble Court-circuit

 


 

Auditorium - Rueil-Malmaison